« Je suis accroupie. Je suis en bas, je vois les choses d’en-bas. » Marcela Santander Corvalán plonge dans cette posture, proche du sol, pour visiter la mémoire des gestes qui la constituent. Inspirée d'une danse d'origine japonaise, elle explore cette position symbolique et féminine, opérant un voyage dans le temps, depuis les Andes précolombiennes, jusqu’à ses résurgences les plus actuelles. La danseuse incarne ainsi toutes les femmes « fléchies » de la terre à travers une posture millénaire dont on pourrait croire qu'elle empêche le mouvement... et pourtant Marcela marche, saute, danse.

Née au Chili, Marcela Santander Corvalán se forme à la danse-théâtre à la Scuola d’Arte Dramatica Paolo Grassi de Milan, puis à la danse contemporaine au Centre national de danse contemporaine d’Angers, sous la direction d’Emmanuelle Huynh.
Depuis 2011, elle collabore avec les chorégraphes Dominique Brun (Sacre #197 et Sacre #2), Faustin Linyekula (Stronghold), Julie Nioche (Nos amours), Ana Rita Teodoro (Plateau), Volmir Cordeiro (L’oeil, la bouche et le reste), Mickaël Phelippeau (Chorus, Pour Ethan, Set-Up, Kritt, Footballeuses). Elle développe ses propres projets depuis 2014, date à laquelle elle entame une association avec le Quartz, scène nationale de Brest. En février 2015, elle co-signe avec le danseur et chorégraphe Volmir Cordeiro la pièce Époque. En mars 2016 elle crée son premier solo Disparue. Sa dernière création, MASH, cosignée avec la chorégraphe italienne Annamaria Ajmone a été créée en juillet 2017. Elle prépare actuellement sa prochaine pièce, Quietos, prévue pour l’automne 2019.

Danse
2016
Chili/France
40 minutes


Chorégraphie et interprétation : Marcela Santander Corvalán
En collaboration avec Mathilde Hennegrave , Ana Rita Teodoro et Amanda Piña
Texte : Mathilde Hennegrave
Costumes : Corinne Petitpierre
Création lumière : Maël Iger
Régie lumières : Antoine Crochemore
Création sonore : Maya Garcia
Régie Son : Arnaud De la Celle
Production, diffusion, administration : Fabrik Cassiopée – Manon Crochemore
Remerciements : Volmir Cordeiro, Margot Videcoq, Daniel Zimmerman, Mickaël Phelippeau, Olivier Martin-Salvan, Matthieu Banvillet et toute l’équipe du Quartz


EXTRAITS DE PRESSE

"Marcela Santander vient perturber ce dispositif de réception, en écrivant tout son solo depuis une position accroupie, très près du sol, tout en bas. Par empathie kinesthésique, le regard spectateur doit lui-même entrer en contorsion pour envisager ce corps... C'est tout un imaginaire qui s'en trouve déréglé " Mouvement.net

"La plasticité du corps et du visage (regard, bouche, langue, cuir chevelu, sourcils) de Marcela Santander est remarquable. On pressent qu’en elle insiste la puissance du buto, où le danseur n’est que véhicule, passage d’une force qui le surprend et le métamorphose." Le poulailler revue


Les Marches de l'Été
17 Rue Victor Billon
33110 Le Bouscat
Suivez-nous sur :
Facebook
Instagram
Contact :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
+33 (0)5 56 17 03 83